Réalisation d'une salle polyvalente à usage sportif et culturel
Maître d’Ouvrage : COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES VALLÉES DU HAUT ANJOU
Lieu : LE LION D’ANGERS (49)
Surface : 2 370 m²
Montant : 2 916 508 € H.T.

SARL MICHOT ARCHITECTES (Mandataire) / CdLP (Économiste) / GROUPE BETOM (BE Structure, Fluides et OPC) / ALHYANGE ACOUSTIQUE (Acousticien)

Un nouvel équipement sportif a été lancé par la Communauté de Communes des Vallées du Haut Anjou avec le souhait de pouvoir accueillir à la fois des évènements sportifs au niveau interrégional et développer, dans la mesure des compatibilités techniques, quelques manifestations culturelles profitant notamment des gradins du capacité de 550 places environ.

Cette salle baptisée salle « Paulette Fouillet » s’intègre, au chausse pied, entre les deux salles déjà existantes du « Parc sportif » des Tilleuls au cœur de la commune du Lion d’Angers.

Le projet accueille :
– Un plateau sportif 44 x 24 m et une structure artificielle d’escalade de 6 m (devers) x 24 m x 9 m avec une zone de gradins qui se développe sur un des longs pans, locaux rangements spécifiques.
– Un espace vestiaires regroupant 4 vestiaires sportifs de 4 x 20 personnes, 2 vestiaires arbitres de 2 x 8 personnes, une infirmerie et des sanitaires de dimensions suffisantes.
– Un grand hall d’accueil et un espace de convivialité vient renforcer l’offre de cette salle et sa capacité d’accueillir des manifestations et événements sportifs d’envergures.

Les volumétries sont simples et les matériaux employés sont le béton (l’ensemble du RDC de la grande salle, la zone vestiaires et les gradins), le bois (charpente lamellé collée, habillages muraux intérieurs), le Métal (poutre treillis au-dessus des gradins et l’ensemble des vêtures extérieures des volumes hauts) ainsi que le verre.
Une des particularités de cette salle tient dans le traitement de la façade sud, fortement vitrée pour limiter l’apport d’éclairage artificiel et à la fois protégée des risques d’éblouissement et de surchauffe par une sur façade en toile tendue microperforée.

Ainsi l’artiste Sophie Chedeville a pu exprimer sur cet immense terrain de jeu ce que pouvait être le « dialogue entre l’art et le sport ».

Dialogue entre l’art et le sport